BTP

L'activité des travaux publics a de nouveau progressé au quatrième trimestre, contre toute attente à cette période de l'année. Les prévisions pour le début 2018 étaient au maintien voire à la progression du niveau d'activité. La construction de locaux d'activité s'est inscrite en forte hausse en 2017, davantage encore qu'au niveau national. Le quatrième trimestre a été particulièrement bien orienté. La construction de logements a également augmenté sur l'ensemble de l'année mais le quatrième trimestre s'est révélé plus poussif. La commercialisation d'appartements neufs s'est repliée en fin d'année, à la fois pour les ventes et pour les mises en ventes.

 

COMMERCIALISATION DE LOGEMENTS NEUFS

La commercialisation d'appartements neufs en repli.
Les ventes de logements collectifs neufs, qui étaient en progression depuis trois ans, se sont inscrites en baisse en fin 2017. Elles se sont tassées de 2 % sur l'ensemble de l'année, le seul quatrième trimestre accusant - 11 % sur un an. Les mises en vente d'appartements, déjà sur une pente descendante au troisième trimestre, ont diminué de 7 % sur l'ensemble de l'année et de 4 % au seul quatrième trimestre (sur un an). Par rapport au quatrième trimestre 2016, l'encours d'appartements neufs proposés à la vente s'est inscrit en repli de 1 % et le prix moyen de vente au m² (3 972 euros) en hausse de 2 %. 

Les ventes de maisons neuves ont poursuivi leur progression sur l'ensemble de l'année (+ 9 %), malgré un quatrième trimestre orienté à la baisse (- 5 % par rapport à 2016). Les mises en vente ont continué d'augmenter avec + 6 % sur l'année et + 19 % au seul quatrième trimestre (sur un an). Au quatrième trimestre, le rythme des mises en ventes dépassant celui des réservations, le stock de maisons disponibles a affiché une hausse de 8 % par rapport à la fin 2016. Le prix moyen du lot s'est accru de 34 % sur un an.

 

 

CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

La construction de logements toujours en hausse.
En 2017, le nombre de logements mis en chantier a augmenté de 9 % (contre + 17 % dans l'hexagone). La progression a été plus marquée pour les maisons (+ 12 %) que pour les logements collectifs (+ 7 %). Au quatrième trimestre, les mises en chantier de maisons et de logements collectifs se sont respectivement inscrites à + 1 % et + 2 % par rapport à 2016. Les autorisations de construire ont augmenté de 10 % sur l'ensemble de l'année, approchant leur niveau de 2011-2012. La hausse a été plus nette pour les logements collectifs que pour les maisons (+ 11 % contre + 8 %). Au quatrième trimestre, les tendances sur un an ont été respectivement de + 3 % et - 1 %.

 

CONSTRUCTION DE LOCAUX D'ACTIVITÉ

Forte progression de la construction de locaux.
En 2017, les mises en chantier de locaux d'activité ont augmenté de 28 %, soit nettement plus qu'en France métropolitaine (+ 6 %). Les surfaces de bureaux, commerces et entrepôts ont enregistré de fortes hausses. Sur le seul quatrième trimestre, la tendance tous locaux confondus a atteint + 48 % par rapport à 2016. Les autorisations de construire ont également affiché des tendances haussières, avec + 21 % sur l'ensemble de l'année (contre + 7 % dans l'hexagone) et + 48 % lors des trois derniers mois. Sur un an, c'est dans l'Ain et la Métropole de Lyon que les autorisations de construire ont le plus progressé.

 

TRAVAUX PUBLICS

L'année 2017 s'est terminée positivement.
Selon les entrepreneurs et contre toute attente pour cette période de l'année, l'activité s'est de nouveau inscrite en hausse au quatrième trimestre. Les carnets de commandes se sont légèrement garnis, assurant 5,2 mois de travail aux entreprises. L'insuffisance de la demande et de personnel étaient toujours les contraintes les plus citées comme freins au développement de la production, les conditions climatiques occasionnant également des difficultés. Pour le premier trimestre 2018, les chefs d'entreprise anticipaient un maintien voire une hausse de leur niveau d'activité, accompagné d'une stabilité des prix. Les effectifs salariés devraient se maintenir mais les recrutements intérimaires pourraient être plus restreints.