Industrie

Le chiffre d'affaires de l'industrie manufacturière, déjà en progression les trimestres précédents, a encore accéléré en fin 2017. Confirmant la tendance globalement positive de l'année 2017, le courant d'affaires des entreprises industrielles est demeuré favorable en décembre. Le taux d'utilisation des capacités de production a retrouvé un niveau proche de celui d'avant crise et les carnets de commandes sont restés bien garnis. Le bilan de l'année a été honorable dans la plasturgie et l'optimisme était de mise pour le début 2018. L'activité de la chimie-parachimie a évolué très favorablement tout au long de 2017, les prévisions étant au maintien de la situation.

 

INDICATEUR DU CLIMAT DES AFFAIRES

L'indicateur du climat des affaires dans l'industrie demeure plus élevé que sa moyenne de long terme.
A fin décembre 2017, l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie s'est établi à 111 en Auvergne-Rhône-Alpes et à 110 au niveau national. A fin février, il s'est inscrit à 108 dans la région et à 105 en France. Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée de la situation conjoncturelle. Il résume par une variable synthétique l'évolution des soldes d'opinion qui présentent des
évolutions similaires dans le temps. En hausse, il traduit une amélioration du climat conjoncturel ; en baisse, sa dégradation ; 100 = moyenne de longue période.

Source : Banque de France​

 

CARNETS DE COMMANDES ET STOCKS

Orientation toujours favorable.
Les entreprises industrielles ont affiché un bon courant d'affaires en décembre, confirmant ainsi la tendance globalement positive de l'année 2017, notamment depuis la rentrée. Le taux d'utilisation des capacités de production a encore progressé, renouant avec des niveaux proches de ceux d'avant crise. Les carnets
sont restés bien garnis du fait d'entrées de commandes dynamiques. Tous les secteurs industriels ont bénéficié de cette tendance favorable à l'exception de l'industrie agroalimentaire et dans une moindre mesure de la plasturgie. Les chefs d'entreprises interrogés tablaient sur la poursuite de cette bonne orientation pour début 2018.

Source : Banque de France

 

CHIFFRE D'AFFAIRES DES ENTREPRISES

Accélération du chiffre d'affaires.
Le chiffre d'affaires de l'industrie manufacturière a de nouveau progressé au quatrième trimestre, avec + 6,7 % par rapport à la même période de l'année précédente. Le rythme de hausse a ainsi été plus soutenu que lors des trimestres précédents, au cours desquels la croissance était de 3 % ou 4 %. Sur l'ensemble de l'année 2017, le chiffre d'affaires affiche une progression de 4,6 %, soit une tendance légèrement inférieure à celle observée au niveau national (+ 6,2 %).

N.B. : Les valeurs des chiffres d'affaires présentées correspondent aux chiffres d'affaires des entreprises dont le siège social est en Auvergne-Rhône-Alpes.

 

PLASTURGIE 

Bilan honorable pour l'année 2017.
L'enquête publiée fin janvier permet de dresser un bilan honorable pour l'année écoulée et révèle un optimisme constant des plasturgistes pour le début 2018. 2017 a été marquée par le rebond des contrats à terme sur le pétrole brut et par des augmentations de capacités de production en Asie, sources de nombreuses inquiétudes. L'activité des plasturgistes a été marquée par l'effet de saisonnalité des fêtes de fin d'année, cependant un plasturgiste sur deux déclare en ce début d'année une hausse de l'activité en comparaison annuelle. Plus de 50 % des répondants misent sur une hausse d'activité pour les mois à venir et 40 % tablent sur une stabilité.

 

CHIMIE - PARACHIMIE

Une évolution très favorable tout au long de 2017.
L'activité s'est stabilisée à un bon niveau en fin d'année, avec une production très supérieure à celle du quatrième trimestre 2016. Après une très belle année, les perspectives à l'exportation tendraient vers la stabilité début 2018. Les investissements ne faibliraient pas. Le courant d'affaires favorable se maintiendrait malgré un ralentissement de la demande de produits industriels. Seules 17 % des entreprises envisageaient une hausse de leur activité pour janvier-février, avec des conditions de change moins favorables et un raffermissement des prix du pétrole et des matières premières. 71 % des entreprises exprimaient des projets de recrutements, des tensions étant prévisibles pour les techniciens et opérateurs notamment.